Un soutien concret

Face à la crise qui affecte profondément l’activité des commerçantes et commerçants namurois, la Ville de Namur a très vite souhaité les soutenir, très concrètement. Une commune, comparativement à la Région ou à l’Etat fédéral, ne dispose pas de beaucoup de leviers pour pouvoir aider de manière directe les commerces.

Toutefois, plusieurs mesures de soutien aux enseignes locales ont été décidées et mises en œuvre ces dernières semaines en collaboration avec GAU, et notamment :

  • Visibilité renforcée des commerces locaux (capsules vidéo, relais d’informations commerciales sur le site de GAU et Namur Connect, campagne #stayhome sur les réseaux sociaux, carte interactive des commerces ouverts)
  • Stationnement gratuit sur l’ensemble du territoire.
  • Contact hebdomadaire avec les associations de commerçants
  • Placement de parois en plexiglas pour un grand nombre de commerces de proximité et de première nécessité tels les pharmacies, les boulangeries, les boucheries, les épiceries,… ainsi que dans des librairies et hôtels.

Exonération de taxes

Afin de donner un peu d’oxygène supplémentaire aux commerçants et commerçantes, diverses exonérations de taxes et redevances ont été décidées en ce début mai.

Tous les commerçants, à l’exception de la grande distribution seront exonérés

  • de la taxe égouts pour l’année 2020, intégralement.

Et pour une période de 3 mois

  • de la taxe sur les enseignes (lumineuses ou pas)
  • de la taxe déchets-propreté publique
  • de la taxe sur la force motrice
  • de la taxe sur les agences de paris.

Le secteur horeca est encore davantage impacté que tous les autres, puisqu’il ne bénéficie à ce jour d’aucune date précise pour une éventuelle reprise de ses activités. Leur perspective est encore plus sombre. Le Collège communal a donc décidé d’exonérer les commerçants du secteur horeca, en sus des éléments ci-dessus,

  • de la taxe sur les enseignes pour toute l’année 2020
  • des redevances terrasse pour toute l’année 2020 également.

Les dancings seront aussi exonérés de leur taxe spécifique pour 2020.

Toutes ces exonérations représentent une aide accordée par la Ville, et donc un déficit pour elle, de l’ordre de 953.000 euros supplémentaires.

Mesures d’accompagnement pour la réouverture des commerces

Les rues de Fer et de l’Ange seront piétonnes toute la première semaine de reprise (du 11 au 17 mai) à l’instar de ce qui est mis en oeuvre lors de la première journée des soldes ou lors des fêtes de fin d’année. Cette mesure devra permettre aux clients se balader en coeur de ville sans stress et sans craindre d’être bousculé ou renversé par une voiture. Le respect des distances de sécurité de 1,5 m sera facilité d’autant.

Le stationnement en voirie et dans le parking de l’Hôtel de Ville sera gratuit jusqu’à la fin du mois de mai, ainsi que tous les samedis jusque fin août. De plus, le parking des casernes (rue des Bourgeois) sera lui aussi gratuit tout le mois de juillet, et probablement même le mois d’août en fonction de la date de démarrage des travaux du projet Coeur de Ville. Cette gratuité prolongée du stationnement est bien entendu valable pour tout le territoire communal.

Ce geste en matière de stationnement depuis le début de la crise est extrêmement significatif puisqu’il représente une perte de recettes de l’ordre de 1 million d’euros.

Masques et crowdfunding

Tout récemment, la Ville a également adhéré à la plateforme de crowdfunding du BEP pour permettre à tous les acteurs de l’économie locale de son territoire de pouvoir en appeler à la solidarité de leurs clients ou de toutes celles et ceux qui ont envie de soutenir l’activité commerciale locale, par des dons ou l’achat de « bons à valoir ».

Enfin, par l’intermédiaire de GAU, la Ville de Namur a aussi mis gratuitement à disposition des commerçants et commerçantes 2.000 masques en tissu, lavables et réutilisables, pour leur offrir un outil complémentaire de précaution sanitaire.

Ces quasi 2 millions d’euros d’effort consentis en deux mois se veulent une action volontaire, à l’échelle communale, pour octroyer aux acteurs et actrices du commerce local quelques ballons d’oxygène bienvenus en cette période de crise inédite.