COMMUNIQUE DE PRESSE

Plan de relance : la Ville soutient les jeunes touchés par la crise sanitaire

Selon de nombreux intervenants et intervenantes, la détresse et le mal-être des jeunes sont accentués par le contexte de la crise sanitaire. L’une des conséquences constatées par les acteurs et actrices de terrain est une augmentation des situations de décrochage social et/ou scolaire.

Dans son Plan de relance 2021 destiné à soutenir les secteurs particulièrement impactés par la crise sanitaire, la Ville de Namur a décidé de consacrer 180.000€ à la Jeunesse, dont 100.000€ réservés à la lutte contre le décrochage scolaire et social dans les quartiers à haute densité de population.

Le budget prévu pour l’aide à la jeunesse a été divisé sur base de plusieurs appels à projet lancés par Patricia Grandchamps, Echevine de l’Education en ce qui concerne le décrochage scolaire, par Philippe Noel, Président du CPAS en charge de la Cohésion sociale pour le décrochage social, et par Baudouin Sohier, Echevin de la Jeunesse pour les jeunes adolescents et adolescentes. L’objectif poursuivi pour chaque appel : répondre aux besoins rencontrés par le terrain et proposer un accompagnement adapté à chaque situation.  Le conseil communal, qui s’est tenu mardi, a validé les projets reçus dans le cadre de ces appels.

Sur le plan du décrochage scolaire, Patricia Grandchamps a lancé un appel dans les écoles de devoirs pour les enfants de moins de 12 ans et dans les écoles secondaires pour les élèves de 12 à 18 ans, tous réseaux confondus. Près de 20.000 € de subsides ont ainsi été répartis pour les projets des écoles qui ont répondu au formulaire en proposant des activités spécifiques aux enfants et aux jeunes souffrant ou ayant souffert de la crise sanitaire pour l’année scolaire 2021-2022 :

  1. Cinq écoles de devoirs sur le territoire namurois ont répondu à l’appel en proposant des projets variés et ciblés pour les élèves en difficulté :
  • Escholle des pauvres, pour l’accompagnement personnalisé pour chaque élève par des bénévoles ;
  • Cracks-en-tout (Resto du cœur) avec des animations autour de la lecture et jeux de société ;
  • Petit-Ry (6-12 ans), les ados d’Amée (12-18 ans) et l’école de Velaine (6-12 ans) via la mise à disposition de tablettes numériques afin de proposer différents programmes d’apprentissages adaptés et ludiques ;
  • ADAS de St-Servais, en mettant du matériel artistique à disposition des enfants pour qu’ils et elles puissent s’exprimer de manière créative ;
  • Plomcot 2000, pour l’acquisition de tablettes connectées pour donner l’accès aux mêmes informations et moyens technologiques que la plupart des jeunes.

  1. Deux écoles secondaires ont présenté des projets participatifs avec le soutien d’associations de jeunes :
  • L’école Hôtelière Provinciale de Namur (EHPN), pour la réalisation d’un questionnaire à destination des élèves pour identifier les sources du décrochage scolaire, faire appel à des coachs extérieurs pour accompagner les jeunes qui en marquent le besoin, et aménager un local convivial.
  • Le Centre Asty Moulin de Saint-Servais, pour l’aménagement d’espaces de rencontres et de paroles et pour des animations visant à libérer les échanges et apprendre à communiquer sur ses émotions.

D’autre part, sur le plan du décrochage social, Philippe Noël, a attribué une part du subside (55.000€) au Projet NOMADE. Depuis juin 2021, ce projet porté par un collectif d’organisations namuroises propose aux jeunes de 10 à 20 ans de participer à une foule d’activités collectives, avec pour objectifs de les mettre en réseau et de dépister ceux qui sont à risque ou en situation de décrochage scolaire ou social. Les partenaires du projet vont à la rencontre des jeunes dans leur quartier, dans leur environnement en leur proposant diverses animations et ateliers. Des professionnels et professionnelles de la santé mentale sont présents lors de ces activités : leur expertise permet une écoute active ainsi que la détection de signes de fragilité psychologique.

Les 45.000€ restant ont été attribués aux associations qui viennent directement en aide aux jeunes en décrochage et à certaines initiatives visant la jeunesse fragilisée :

  1. L’AMO Passage, Service d’Aide en Milieu Ouvert, via l’acquisition de divers outils méthodologiques, pratiques, ludiques et éducatifs sur les thèmes de la communication ou encore de l’estime de soi ;
  2. Les écoles de devoirs des Centres d’Accueil pour demandeurs et demandeuses d’asile de Jambes et Belgrade, via la mise en place de diverses activités ludiques et de bien-être et la fourniture de matériel extrascolaire ;
  3. Le CHR Sambre et Meuse qui vise à mettre en place une équipe multidisciplinaire, nommés « tuteurs de résiliences », d’accrochage scolaire autour d’enfants scolarisés en école maternelle ou primaire dont les indices socioéconomiques sont faibles ;
  4. Infor Jeunes, via des ateliers amenant les élèves de 6ème primaire et 1ère secondaire à mieux appréhender le nouvel environnement auquel ils et elles seront/sont confrontés.;
  5. L’Entente Sportive Jamboise pour l’intégration d’enfants de familles demandeuses d’asile du Centre de Jambes au sein du club de football.

Enfin, l’Echevin de la jeunesse, Baudouin Sohier a accordé un budget de 55.000€ aux associations œuvrant dans le secteur de la jeunesse telles que les mouvements de jeunesse, les maisons de jeunes, les mouvements d’accueil pour les enfants en difficulté, …

Ce soutien financier avait pour but d’aider les associations à proposer diverses activités notamment des camps, des temps d’accueil encadrés, des moments de parole permettant l’expression des ressentis, et bien d’autres activités encore, dans le but d’accompagner, divertir les enfants et les jeunes ayant souffert de la crise sanitaire.

En conclusion, la totalité du budget vient d’être octroyé avant la fin de l’année afin de soutenir et encourager les jeunes dans cette période difficile. Les projets sont divers et multiples, tantôt axés sur les liens à (re)créer entre les jeunes, tantôt sur un échange libre et serein sur leurs émotions ou encore sur des nouveaux outils d’apprentissage, plus ludiques et plus accessibles. Tous poursuivent un même objectif : que chacun et chacune retrouve du bien-être et du plaisir, et bénéficie des ressources pour faire face à une situation stressante.

Nous espérons de tout cœur que ces projets permettront aux enfants et aux jeunes adolescentes et adolescents de se sentir soutenus et accompagnés.

Contacts presse :

Patricia GRANDCHAMPS, Échevine de l’éducation et de la participation. Contact : Mariel ENGELS : 081 24 69 53 – mariel.engels@ville.namur.be        

Philippe NOËL, Président du CPAS en charge de de la Cohésion sociale, du Logement et de l’Egalité des Chances. Contact : Georges MICHAUX : 081 24 69 83 – georges.michaux@ville.namur.be

Baudouin SOHIER, Échevin de la jeunesse. Contact : Hélène WULLUS : 081 24 69 61 – helene.wullus@ville.namur.be